top of page

mer. 03 mai

|

Tel Aviv-Yafo

MAFTA fait son Cinéma avec l'aimable concours de l'Institut français de Tel Aviv

Pour cette première séance, nous vous proposons le film réalisé par Catherine Corsini "LA FRACTURE", présenté par Guillaume Mainguet. La séance sera suivie d'une conférence débat avec Cyril ASLANOV : LE POUVOIR DE LA RUE EST-IL LÉGITIME?

Les inscriptions sont closes
Voir d'autres événements
MAFTA fait son Cinéma avec l'aimable concours de l'Institut français de Tel Aviv
MAFTA fait son Cinéma avec l'aimable concours de l'Institut français de Tel Aviv

Heure et lieu

03 mai 2023, 13:30 – 16:30

Tel Aviv-Yafo, Rothschild Blvd 7, Tel Aviv-Yafo, Israël

À propos de l'événement

LA  FRACTURE, un film de Catherine CORSINI,  présenté par Guillaume Mainguet

Synopsis: Raf au bord de la rupture avec Julie, se fracture le bras et se retrouve aux urgences d’un grand hôpital parisien. Dans le même temps, Yann arrive blessé d’une manifestation de gilets jaunes. Ces trois personnages vont se trouver confrontés à une atmosphère pesante et troublée dans un service d’urgence en saturation.

Suivi d'une Conférence-débat au cœur de l’actualité, avec Cyril ASLANOV

                                                                                                           LE POUVOIR DE LA RUE EST-IL LÉGITIME ?

Depuis presque quatre ans la France et Israël sont confrontées à une exacerbation des tensions entre le pouvoir exécutif et la protestation s’exprimant légalement sous la forme de manifestations le plus souvent autorisées par la police : en France le mouvement des Gilets jaunes bientôt relayé par l’opposition syndicale au départ à la retraite à 64 ans font apparaître une fracture entre la majorité au pouvoir et une minorité parlementaire qui est presque à parité avec la majorité et qui est relayée par un mouvement social tellement important qu’il pourrait passer pour une majorité silencieuse (en l’occurrence ce silence se traduit plutôt par des vociférations plutôt bruyantes). En Israël les manifestations devant la résidence du Premier ministre à Jérusalem en 2019-2021 pour protester contre les prévarications de Netanyahu ont probablement eu raison du 35egouvernement d’Israël. En 2022-2023 ces fractures entre le pouvoir exécutif et la protestation populaire se sont accentuées tant en France (opposition à la réforme des retraites) qu’en Israël (opposition à la réforme judiciaire considérée comme le début d’une dérive illibérale).

Il importe de prendre du recul par rapport à ces événements qui se déroulent sous nos yeux. Pour cela nous chercherons dans l’histoire des démocraties des précédents à ces crises entre le pouvoir représentatif et la protestation de la rue souvent relayée par les partis de l’opposition au sein des parlements. L’invention même de la démocratie (littéralement « pouvoir du peuple ») à Athènes à la toute fin du VIesiècle avant l’ère courante (réformes de Clisthène en 508 avant l’ère courante) résulte de la volonté de mettre fin à l’état d’insurrection sociale (stasis) qui avait sévi en Attique tout au long du VIe siècle avant l’ère courante. Depuis son origine la démocratie apparaît comme un régime fragile qui constitue la sublimation des remous sociaux ayant présidé à son instauration. L’histoire de la Révolution française de 1791 à juillet 1794 montre comment la revendication extra-parlementaire du Club des Jacobins a gangréné la Convention nationale et permis l’instauration de la Terreur qui n’a pris fin qu’avec l’arrestation de Robespierre et l’instauration de la Convention thermidorienne, plus modérée et conservatrice que ne l’était la Convention montagnarde. Il n’est sans doute pas fortuit que Jean-Luc Mélenchon se revendique de la figure de Robespierre qui avait transformé la République en une dictature sanglante.

C’est sur cette fracture entre le pouvoir démocratiquement élu et les laissés pour compte de la représentation parlementaire que nous réfléchirons à l’aide d’exemples qui nous permettront de comprendre que le clivage entre la représentation parlementaire et la revendication extra-parlementaire est moins tranché qu’il n’y paraît. C’est la révolte estudiantine de 1968 qui a acculé De Gaulle à la démission cependant qu’à la même époque l’opposition d’une grande partie de l’opinion américaine à la guerre du Vietnam a abouti au désengagement américain, prélude à la défaite du Sud-Vietnam en 1975. Et pour en revenir à la réalité israélienne, c’est le mouvement de protestation des Quatre mères (arba’ imahot) lancé en 1997 qui a déterminé Ehud Barak à se retirer du Sud-Liban en mai 2000.

Cyril Aslanov

Réservation & règlement obligatoires -  nombre de places limité

Tarif adhérent MAFTA : 10 ₪                                                  Tarif non adhérent : 20 ₪

Renseignements et Contact :

La Maison Francophone de Tel Aviv - MAFTA

Simone O’Hana

+972 585857157 par whatsapp

contact@mafta.fr

Billets

  • LA FRACTURE

    Film présenté par Guillaume Mainguet, suivi d'une conférence débat avec Cyril Aslanov

    De 10,00 ₪ à 20,00 ₪
    Vente expirée
    • 10,00 ₪
    • 20,00 ₪

    Total

    0,00 ₪

    Partager cet événement

    bottom of page